Le cadre du TNFD : à vos marques, prêts, adoptez

Publié 25 septembre 2023

Ce mois pourrait marquer un tournant dans la gestion par le secteur privé de la crise que vivent la nature et la biodiversité. Le groupe de travail sur les divulgations financières liées à la nature (TNFD) vient de révéler la semaine dernière son cadre de divulgation. Il fournit des explications aux entreprises et aux établissements financiers sur les méthodes d’évaluation et de compte rendu de leurs dépendances vis-à-vis de la nature, de leur impact, des risques et des opportunités.

Nous nous sommes récemment entretenus avec Thomas Viegas, responsable des partenariats au sein du TNFD. Il a partagé avec nous son point de vue sur le cadre de divulgation. Attention : tout point de vue personnel exprimé ne reflète pas nécessairement le point de vue du TNFD.

COMMENT POURRIEZ-VOUS RÉSUMER CE QU’EST LE TNFD ET CE QU’EST LE CADRE DU TNFD ?

Thomas : Le groupe de travail sur les divulgations financières liées à la nature (TNFD) est une initiative mondiale mise en place par le marché et soutenue par les gouvernements qui se base sur la science pour aider les entreprises et les établissements financiers à intégrer la nature dans leurs décisions. Lancé en 2021, le groupe de travail se compose de 40 grands dirigeants d’entreprises et d’établissements financiers à travers le monde. Ils représentent plus de 20 000 milliards de dollars d’actifs dans le cadre de leurs opérations directes, avec des chaînes de valeur dans plus de 180 pays.

Le groupe de travail a pour mission de définir et de fournir un cadre pour la divulgation et la gestion des risques aux entreprises et établissements financiers. Cela va permettre qu’ils déclarent et traitent les problèmes liés à la nature qu’ils rencontrent. Le but ultime est d’accompagner la transition des flux financiers mondiaux pour transformer les impacts négatifs sur la nature en des résultats positifs pour celle-ci.

Lundi dernier, le TNFD a présenté une série de recommandations de divulgation ainsi que des conseils complémentaires pour aider les entreprises à préparer leurs divulgations en lien avec la nature. Il s’agit notamment d’accompagner l’identification et l’évaluation des problématiques liées à la nature.

QUELLES SONT PRÉCISÉMENT LES RECOMMANDATIONS DU TNFD ?

Thomas : Les recommandations du groupe de travail offrent aux entreprises et établissements financiers, quels que soient leur taille, leur secteur, leur localisation, un cadre de gestion des risques pour identifier, évaluer, gérer et divulguer les problématiques liées à la nature. Il comprend 14 divulgations recommandées, couvrant les dépendances vis-à-vis de la nature, l’impact, les risques et les opportunités.

QUEL EST LEUR LIEN AVEC LES AUTRES CRITÈRES DE DIVULGATION RELATIFS AU DÉVELOPPEMENT DURABLE ?

Thomas : Le TNFD a délibérément basé ses recommandations et ses conseils complémentaires sur le langage, la structure et l’approche des recommandations du groupe de travail sur les divulgations financières liées au climat (TCFD). Il a aussi veillé à ce que ses recommandations soient cohérentes avec les normes de divulgation en lien avec le développement durable. Cela comprend les normes comptables internationales (IFRS) de l’International Sustainability Standards Board (ISSB), ainsi que les normes internationales relatives à l’impact sur le développement durable de la Global Reporting Initiative (GRI).

Les recommandations du TNFD sont structurées de manière à permettre aux entreprises de se lancer en s’appuyant sur les capacités de compte rendu climatique qu’elles ont acquises au cours des dix dernières années. Elles proposent également une ligne claire pour accroître leurs ambitions en matière de divulgation au fil du temps. Elles se conforment à la Cible 15 du Cadre mondial de la biodiversité de Kunming-Montréal (GBF), qui reconnaît que l’intégration des problématiques liées à la nature est une nouveauté pour beaucoup d’entreprises, mais un impératif stratégique de plus en plus urgent.

POURQUOI LES ENTREPRISES ET ÉTABLISSEMENTS FINANCIERS DOIVENT-ILS ADOPTER LES RECOMMANDATIONS DU TNFD ?

    Thomas : Il devient chaque jour de plus en plus évident que la dégradation de la nature, ainsi que les actions visant à la préserver, la restaurer et l’exploiter de manière durable, représentent à la fois des risques majeurs et des opportunités importantes pour les entreprises, la finance et la société, tant aujourd’hui que demain. 

    Malgré tout, seule une minorité d’entreprises évaluent et divulguent à ce jour leurs problématiques liées à la nature de manière systématique. Par le passé, on pouvait déplorer l’absence de réglementation ou le manque d’outils, indicateurs et données se rapportant à la nature. 

    Mais le compte rendu des entreprises concernant les problématiques liées à la nature évolue très vite. Plusieurs régions ont établi – ou sont en train de le faire – des normes et des réglementations relatives au compte rendu sur la nature (l’UE, l’Inde, le Brésil, par exemple). Plus tôt dans l’année, l’ISSB a également publié ses deux premières normes de divulgation en lien avec le développement durable dans le cadre des normes comptables internationales (IFRS). Et il est possible que sa prochaine priorité soit la nature (selon les conclusions de sa récente consultation).

    HCOMMENT LE CADRE S’ADAPTE-IL À L’ÉVOLUTION DES OUTILS ET DES APPROCHES EN MATIÈRE DE MESURE DE L’IMPACT SUR LA NATURE ?  

    Thomas : Les avancées technologiques et techniques font également progresser les outils, les indicateurs et les données utilisés pour mesurer l’impact sur la nature. Les entreprises peuvent commencer à identifier et évaluer les problématiques liées à la nature grâce aux données et aux outils d’analyse disponibles aujourd'hui... en attendant que d’autres outils voient le jour.

    Le cadre du TNFD prend en compte ces évolutions. Les recommandations s’attachent à trouver le meilleur équilibre entre le respect de la complexité de la science de la nature et la mise en œuvre d’actions pratiques, concrètes et économiques par les entreprises et la finance. 

    Il est crucial de savoir si cet équilibre a été trouvé. Le TNFD a mené une enquête internationale auprès des entreprises avant de rédiger ses recommandations définitives. En voici les conclusions : 

    • Les 239 répondants sont issus de 36 pays et 11 secteurs différents.
    • Plus des deux tiers (70 %) pensent être capables de commencer des divulgations conformes aux recommandations du TNFD d'ici l’exercice financier 2025, et 86 % d'ici l’exercice financier 2026. 
    • Même si les avis divergent concernant les divulgations recommandées qu’ils choisiraient en premier, les répondants ont en moyenne indiqué qu’ils commenceraient à publier la moitié (7) des 14 divulgations recommandées par le TNFD.

      What were the key lessons learnt from the 200+ pilot testing organizations of the beta framework?

      Thomas : En général, les entreprises qui ont testé le cadre du TNFD ont souligné son efficacité, et certaines ont désormais l’intention de faire des divulgations liées à la nature. Voici quelques-unes des conclusions que nous avons pu réunir :

      • Le test du cadre du TNFD a permis de renforcer les connaissances et les capacités de l’entreprise et des clients/fournisseurs sur les problématiques liées à la nature.
      • Meilleure identification des lacunes de l’entreprise en termes de données et de processus.
      • Meilleure compréhension des interactions entre les risques et opportunités liés au climat et à la nature.
      • Élargissement de l’étude interne nécessaire pour les évaluations liées à la nature.

      La salve de conseils supplémentaires publiée ce mois-ci comprend une série complète d’études de cas et d’aperçus sur les entreprises pilotes.

      COMMENT LES ENTREPRISES PEUVENT-ELLES COMMENCER À ADOPTER LES RECOMMANDATIONS DU TNFD ?

      Thomas : Il n’existe pas une méthode unique pour commencer à adopter les recommandations. Chaque entreprise est différente et devra trouver sa propre manière de les suivre : il faut simplement faire le premier pas.

      Le TNFD le sait depuis longtemps, et c’est la raison pour laquelle le groupe de travail a publié une série de conseils supplémentaires pour aider chacune des entreprises à trouver sa voie. En collaboration avec plusieurs entreprises partenaires, nous avons compilé un guide de démarrage qui définit une série d’étapes clés à envisager avant de se lancer. Il fournit également des conseils pour traiter quelques aspects pratiques lors de la préparation de l’évaluation et de la divulgation suivant les quatre piliers du TNFD.

      Beaucoup d’entreprises ont eu une prise de conscience du lien entre le climat et la nature ces dernières années. Elles ont augmenté leurs capacités pour évaluer les implications du changement climatique. Nous disposons désormais d'une base solide pour en faire de même pour la nature.

      Néanmoins, il est important de reconnaître que les méthodes pour l’identification, l’évaluation et la gestion des problématiques liées à la nature ne sont pas les mêmes que pour le climat. Le changement climatique est un phénomène mondial ; nous partageons tous la même atmosphère. Les dépendances vis-à-vis de la nature ainsi que l’impact sur la nature sont associés à une situation géographique, nécessitant logiquement une évaluation et des réponses spécifiques au contexte à l’échelle locale. Il est vital de mieux comprendre ces problématiques et là où se situent les interactions avec la nature.

      Au fil du temps, les entreprises et les établissements financiers devront adopter une approche intégrée pour identifier, évaluer et répondre aux dépendances liées au climat et à la nature, à leurs impacts, aux risques et aux opportunités. Aujourd’hui, on attend simplement d’eux qu’ils commencent à s’intéresser à la nature, et les recommandations du TNFD sont là pour les guider.

        COMMENT COMMUNIQUER EFFICACEMENT SUR LE LIEN ENTRE LES DIVULGATIONS LIÉES AU CLIMAT ET CELLES LIÉES À LA NATURE ?

        Thomas : Concernant le changement climatique et le déclin de la nature, la science est claire : la question ne peut pas être « soit le climat, soit la nature », puisque le climat et la nature sont inextricablement liés. Les comptes rendus relatifs à la nature constituent un vrai défi, toutefois réalisable en s’appuyant sur les progrès des divulgations relatives au climat. Les recommandations du TNFD constituent un moyen volontaire pratique de divulguer ses problématiques liées à la nature.

        Il est important de savoir que les comptes rendus relatifs au développement durable représentent une démarche pérenne pour les entreprises. Autrement dit, alignement, intégration et simplification sont à l’ordre du jour, aujourd’hui et à long terme. Les recommandations du TNFD sont conçues avec cette idée en tête : une cohérence du langage, de la structure et de l’approche entre le TCFD et l’ISSB, dans le but de faciliter l’élaboration de comptes rendus communs pour le climat et la nature.

        APRÈS LA PUBLICATION DES RECOMMANDATIONS DU GROUPE DE TRAVAIL, QUELLE EST LA PROCHAINE ÉTAPE POUR LE TNFD ?

          Thomas : La publication des recommandations du groupe de travail est bien entendu une étape majeure de son travail, mais ce n’est, pour ainsi dire, qu'un début.

          Le TNFD souhaite maintenant encourager le marché volontaire à adopter plus largement ces recommandations en renforçant la prise de conscience et en consolidant les capacités des entreprises. De nombreux aspects seront concernés, notamment l’implication de toute une série de protagonistes autour du cadre TNFD, l’accompagnement des efforts de consolidation des capacités du marché pour faciliter l’adoption, et la poursuite des avancées techniques dans le cadre des travaux liés à la nature pour informer les futures actualisations.

          Une étape marque toujours une progression, mais pas la destination finale. Le TNFD travaillera activement à intégrer ses travaux pour aider les entreprises à déclarer et à traiter leurs problématiques liées à la nature, dans le but d’orienter les flux financiers mondiaux pour qu’ils produisent des résultats positifs pour la nature.

          Lire le guide de démarrage du TNFD

          En savoir plus sur les solutions de Climate Impact Partners pour créer un impact sur la biodiversité et le mesurer

          Contactez-nous

          Nos experts sont là pour vous aider à atteindre vos objectifs en matière de biodiversité et nous vous tiendrons informés de la progression des développements en cours sur le marché volontaire de la biodiversité.

          Contactez-nous

          Thomas Viegas est le responsable des partenariats au TNFD. Dans le cadre de ses fonctions, il est chargé d’établir et de pérenniser les partenariats et alliances stratégiques qui permettront aux TNFD d’atteindre ses objectifs. Avant de rejoindre le TNFD, Thomas a travaillé à la Bank of England, où il dirigeait l’approche initiale et la stratégie de la banque en matière de risques financiers liés à la nature. Thomas a également été consultant économique et référent du secteur de la finance pour la rédaction du rapport « The Economics of Biodiversity: The Dasgupta Review » au sein du ministère des finances britannique.

          Il n’existe pas une méthode unique pour commencer à adopter les recommandations. Chaque entreprise est différente et devra trouver sa propre manière de les suivre : il faut simplement faire le premier pas.
          Thomas Viegas, responsable des partenariats, groupe de travail sur les divulgations financières liées à la nature (TNFD)

          Pour un réel changement

          Contactez-nous et découvrez comment nous pourrions vous accompagner dans votre action contre le changement climatique.